Entretien individuel d'évaluation annuel et le feedback

Le feedback et l’entretien individuel d’évaluation annuel

Qui n’a pas besoin de sentir que son travail est utile ?  Que ce qu’il entreprend n’est pas vain ? 

Parce que la société évolue en permanence, que les nouvelles générations sont plus instruites, plus promptes que les précédentes à exercer leur esprit critique, à remettre en question le sytème organisationnel dans lequel elles gravite et ses valeurs, à exprimer leur désir d’affirmation de soi, le rapport que l’individu entretient avec le travail qu’il exerce doit être repensé. 

« Je m’en vais accomplir mon devoir », c’est la phrase ritournelle que le père de Serge Marquis prononçait avant d’aller travailler. Ce dernier s’amuse en soulignant qu’aujourd’hui, elle serait remplacée par celle-ci : « Je m’en vais m’accomplir ». Si l’anecdote fait sourire, elle est très révélatrice de la réalité de notre société, du désir de tout un chacun de se sentir utile dans le cadre de son activité professionnelle. 

76% des collaborateurs déclarent que la reconnaissance au travail est le facteur clé du bien-être et de la qualité de vie en entreprise. 

Cette quête de sens est corrélée à la reconnaissance au travail. La reconnaissance, quésaco ? C’est ce sentiment diffus, particulièrement difficile à exprimer mais dont chaque personne a conscience d’avoir besoin. Elle est protéiforme et multidimensionnelle, à la fois individuelle et collective, ponctuelle ou ritualisée, financière comme symbolique. 

Le québécois Serge Marquis, médecin, auteur du bestseller On est foutu, on pense trop !  et expert de la gestion du stress nous donne les fondamentaux de la reconnaissance au travail. 

Les 6 piliers de la reconnaissance au travail

 

1. La condition première de la reconnaissance est l’attention

2. La reconnaissance se doit d’être authentique

3. « La reconnaissance est un cadeau quand je l’offre, elle est un piège quant je l’exige ». Elle doit être libre et spontanée.

4. La reconnaissance n’appartient à personne et à tout le monde à la fois. Elle est transversale et non pyramidale. 

5. « La reconnaissance apporte autant à la personne qui l’offre, qu’à la personne qui la reçoit. » 

6. La reconnaissance doit toujours être gratuite.

 

 

 

N'attentez plus ! Passez à l'action avec incollab

Incollab vous donne les clés pour développer cette bonne pratique au sein de votre entreprise. Découvrez comment former vos équipes (managers et collaborateurs !) à exprimer leur reconnaissance au travail grâce à un programme d’entraînement en ligne, ludique et interactif, axé sur le feedback.

Je partage >

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur print
Partager sur email